/media/post/7sqvz78/mitterand.png
Ferpi > News > Dallo storytelling alla narrazione politica: Francois Mitterrand reconnu coupable!

Dallo storytelling alla narrazione politica: Francois Mitterrand reconnu coupable!

25/03/2015

Ha titolato Le Figaro per recensire lo spettacolo Francois Mitterrand Colpevole o Innocente, terzo appuntamento teatrale dell’edizione 2015 del format Personaggi e Protagonisti: incontri con la Storia® Colpevoli o innocenti, di cui è autrice e curatrice, Elisa Greco,consigliere nazionale Ferpi e delegato Ferpi Cultura. Da Canal Plus France, a L’Opinion, da Metronews a Le Figaro, grande l’attenzione dei media francesi.



Nouvelle Information, la trasmissione di Canal Plus, con il suo giornalista politico di punta in una delle maratone a commento dei risultati delle recenti elezioni dipartimentali francesi ha trasmesso un lungo servizio con le riprese dello spettacolo. Lo stesso quotidiano Le Figaro ne ha parlato in ben due occasioni, cosi come L’Opinion ha pubblicato un’ intervista con l’autrice, Elisa Greco, di cui pubblichiamo uno stralcio.




Il format, che pone al centro dell’azione un protagonista che ha segnato le pagine della Politica, porta sulla scena le vicende politiche, le virtù, i vizi che ne hanno caratterizzato la vita e l’azione politica. Così, se sul palcoscenico, di fronte a un pubblico che riveste il ruolo di giuria popolare, protagonista è la Politica, gli interpreti sono celebri giudici e avvocati in toga, personalità della cultura e della società civile, che, partendo dalla formulazione di specifici capi di imputazione, espongono le proprie tesi, come fossero forensi, con arringhe difensive o accusatorie accompagnate dagli interventi dello stesso imputato e dei testimoni. Al termine è il pubblico che emette il verdetto di condanna o di assoluzione.

Con la consulenza giuridica di Stefano Dambruoso, magistrato e questore della Camera Dei Deputati, nello spettacolo in scena a Roma al Teatro Parioli, lo scorso 18 marzo, dei quattro capi di imputazione formulati dal PM, il giornalista, Alberto Toscano, dirompente per la decisione del pubblico è stata la Dottrina Mitterrand, i cui effetti sono ancora presenti, come ha appena ricordato Nicolas Sarkozy nelle sue ultime dichiarazioni pubbliche, cosi come lo è per l’Italia con il caso Battisti di questi giorni.

In effetti, nel proclamare il verdetto del pubblico, il Presidente della Corte,Giuseppe Ayala, ha commentato: “Questa condanna, se pur simbolica, è la conferma che per gli italiani il ricordo degli orfani e delle vedove che non hanno avuto giustizia è ancora molto vivo. Gli italiani non perdonano che gli assassini individuati e condannati dalla giustizia italiana, non abbiano scontato alcuna pena grazie alla dottrina Mitterrand”. Nel vivace dibattimento processuale, la difesa è stata sostenuta dall’avvocato Alessandro De Nicola, con Elisa Anzaldo, giornalista del TG1, nel ruolo della figlia Mazarine e conFranco Frattini, presidente della SIOI, già Ministro degli Esteri, che, ricoprendo il ruolo di Francois Mitterrand ha concluso affermando: “Ho interpretato Mitterrand, quasi per una legge del contrappasso, avendo richiamato in Italia, quando era Ministro, il nostro Ambasciatore in Brasile proprio per l’ Affaire Battisti”.




Di seguito l’articolo pubblicato da L’Opinion

Publié le mardi 17 mars par Olivier Tosseri

François Mitterrand, coupable ou innocent?


La série «Rencontres avec l’Histoire» convoque devant le tribunal de la postérité l’ancien Président français : affaires Battisti et Mazarine, écoutes téléphoniques…« Accusé François Mitterrand à la barre !» Cette phrase retentira ce mercredi non dans l’enceinte d’un palais de justice mais dans celle d’un théâtre romain. Coupable ou innocent ? Les spectateurs devront répondre à cette question à l’issue d’un procès instruit dans le cadre de la série « Rencontres avec l’Histoire » où la metteuse en scène Elisa Greco convoque devant le tribunal de la postérité des personnages historiques. Après Margaret Thatcher ou Winston Churchill c’est donc au tour de l’ancien président français de répondre à trois chefs d’inculpation : assistance aux terroristes italiens condamnés dans leur pays et qui, grâce à la doctrine qui porte son nom, ont trouvé refuge en France, abus de pouvoir dans le cadre d’écoutes téléphoniques de journalistes et d’écrivains et concussion pour avoir fourni de manière abusive à sa fille cachée Mazarine Pingeot un logement public dans le centre de Paris et divers avantages aux frais de l’Etat.

Rien qui puisse choquer à première vue des Italiens habitués à vingt ans de frasques berlusconiennes. C’est d’ailleurs un des anciens ministres des Affaires étrangères de Silvio Berlusconi, Franco Frattini, qui interprétera le rôle de François Mitterrand. « Sa figure est liée en Italie à sa célèbre doctrine qui est une matière douloureuse pour notre mémoire collective, confie ce magistrat qui au début de sa carrière a enquêté sur la colonne romaine des Brigades rouges. Ça sera d’ailleurs l’aspect le plus délicat pour la défense.» Car en Italie, on dénonce la « parole donnée » par François Mitterrand le 1er février 1985 : « Je refuse de considérer comme terroristes actifs et dangereux des hommes qui sont venus, particulièrement d’Italie, longtemps avant que j’exerce les responsabilités qui sont miennes, et qui venaient s’agréger ici ou là, dans la banlieue parisienne, repentis… à moitié, tout à fait… je n’en sais rien, mais hors du jeu. » L’Italie justement veut savoir et ne comprend pas que la France entrave son lent et difficile travail de mémoire sur ces années de plomb. N’est-elle pas un pays ami et démocratique?

Franco Frattini s’attachera donc plutôt « à faire valoir cette grande figure politique et européenne qui a renforcé la construction de l’Europe. C’est là son grand mérite. Avec l’Espagnol Felipe Gonzalez et l’Italien Bettino Craxi, au pouvoir à la même époque, il a contribué à l’émergence de la social-démocratie européenne.»

Avec les derniers rebondissements de l’affaire Cesare Battisti, les écoutes téléphoniques nourrissant dans la presse les scandales à répétition émaillant la politique italienne et « la vie secrète » de l’ex-Cavaliere s’étalant toujours à la une des journaux, la pièce écrite par Elisa Greco a un écho tout particulier en Italie. Pour elle, le choix de François Mitterrand était évident. « Je veux à la fois présenter ce grand personnage public, ce Président de la République au pouvoir et au rôle institutionnel inédit pour l’Italie mais sans oublier sa dimension humaine et notamment les mensonges d’Etat, en particulier celui autour de sa maladie.»

Quel jugement portera le public italien sur une figure politique à la fois si proche et si éloignée de ce qu’ils connaissent ? L’art oratoire d’Alberto Toscano, chargé à la fois de l’accusation et de la défense, en décidera. Ce journaliste et écrivain italien installé en France est la personne idéale pour remplir le rôle de procureur. Si son réquisitoire sera sans appel, sa ligne de défense sera plus ondoyante, à l’image de son client.

COMMENTI

Eventi